Home News in English Les forces appuyées par les Etats-Unis s’affrontent avec Al-Shabaab en Somalie

Les forces appuyées par les Etats-Unis s’affrontent avec Al-Shabaab en Somalie

361
0

De violents affrontements ont éclaté ce matin entre les forces somaliennes appuyées par les Etats-Unis et les militants d’Al-Shabaab au sud de Mogadiscio. Les affrontements ont éclaté lorsque des combattants d’Al Shabaab fortement armés ont lancé une attaque contre une base militaire gérée par les forces gouvernementales dans la ville de Sabid, à quelques 40 km au sud de Mogadiscio.

Ce groupe lié à Al-Qaïda affirme avoir envahi et s’être brièvement emparé de la base militaire après l’attaque par embuscade. Le groupe affirme que ses combattants ont tué “plusieurs soldats” lors de l’assaut. L’armée somalienne a toutefois indiqué que les forces armées avaient repoussé les membres de ce groupe milicien, qui avaient organisé l’attaque surprise.

L’attaque intervient deux semaines après que les forces armées du pays, soutenues par les troupes de l’Union africaine (UA), aient capturé la ville de Sabid qui était sous contrôle d’Al-Shabaab. La milice se bat depuis plus de dix ans en Somalie pour renverser le gouvernement établi. Al-Shabaab a perdu le contrôle de nombreuses villes au profit d’une force de l’UA forte de 22 000 hommes et soutenant le gouvernement somalien.

Le ministre somalien du commerce participe au sommet “Belt And Road” à Beijing

Le 26 avril – Source: Halbeeg News – 264 mots

Le ministre somalien du Commerce, Mohamed Abdi Hayir Mareye, participera au deuxième Forum « Belt and road » pour la coopération internationale (BRI) qui s’est ouvert jeudi à Beijing, en Chine. L’initiative, lancée par le président Xi Jinping en 2013, vise à renforcer la domination mondiale de la Chine grâce à un investissement de plus de 1 milliard de dollars dans les infrastructures.

Le forum passera en revue les progrès réalisés jusqu’à présent et fixera les orientations pour les cinq prochaines années, en mettant l’accent sur la «qualité» des projets. Le ministre et sa délégation devraient avoir des entretiens avec les dirigeants participant au forum en marge du sommet. Le ministre somalien de la Planification, Gamal M. Hassan, participe également au sommet.

Gamal devrait utiliser cette opportunité pour se rencontrer et échanger des idées avec des partenaires commerciaux de différents pays. Il doit également s’entretenir avec des hauts responsables et des dirigeants d’entreprise chinois sur les moyens de renforcer davantage la collaboration entre la Chine et la Somalie.

Au total, 37 dirigeants étrangers doivent assister au sommet du 25 au 27 avril, bien que les États-Unis n’envoient que des représentants de niveau inférieur, ce qui témoigne son malaise face au projet. Le nombre de dirigeants étrangers réunis au sommet du 25 au 27 avril est en hausse par rapport à 29 qui y ont participé la fois dernière, principalement des alliés les plus proches de la Chine, tels que le Pakistan et la Russie, mais aussi l’Italie, la Suisse et l’Autriche.

La stratégie sera examinée lors du deuxième Forum « Belt and Road » pour la coopération internationale et le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, et la responsable du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde, y participeront. En Afrique, la Chine investit principalement dans les transports et l’énergie ; avec le Nigeria, l’Angola, l’Éthiopie, le Kenya et la Zambie étant comme des principaux partenaires de BRI.

Le président du parti Waddani rentre chez lui après une absence prolongée

Le 26 avril – Source: Somaliland Standard – 186 mots

Le président du principal parti d’opposition de Somaliland, Waddani, Abdirahman Mohamed Abdillahi «Cirro», est rentré chez lui après plus de trois mois à l’étranger. L’ancien président du Parlement de Somaliland a reçu un accueil enthousiaste de la part des membres de son parti et de ses partisans à son arrivée à Hargeisa.

S’adressant aux médias, Abdullahi a évoqué les événements qui se sont déroulés dans l’Etat de Somaliland pendant son absence et s’est fermement opposé au récent accord politique conclu entre les deux autres partis politiques de Somaliland, Kulmiye du président Bihi Muse et UCID (Justice and Welfare).

Le chef du parti Waddani a déclaré que son parti était prêt et disposé à participer aux élections législatives et locales prévues, mais ne serait pas obligé de le faire sans s’attaquer aux problèmes critiques tels que la composition de l’actuelle commission électorale nationale (CEN), les coûts de l’élection et la répartition des sièges parlementaires.

Abdullahi a critiqué l’administration du président Bihi pour avoir prétendument fait preuve de cruauté envers certaines parties de la communauté de Somaliland, y compris les médias et les démunis. Le chef du parti Waddani a également promis de tenir une conférence de presse après avoir rencontré les hauts responsables de son parti.

MEDIAS INTERNATIONAUX

Des pirates somaliens capturés à la suite d’attaques sur des navires de pêche

Le 25 avril – Source: G-Captain – 346 mots

L’opération Atalanta de EU NAVFOR Somalia a arrêté cinq présumés pirates somaliens à la suite d’un incident survenu après plusieurs jours d’accalmie.
Selon EU NAVFOR, l’incident a commencé le 19 avril lorsque cinq pirates présumés ont capturé un boutre yéménite au large des côtes somaliennes, avant de poursuivre leur route vers un camp de base des pirates où ils ont renforcé leur équipage avec des membres supplémentaires.

Deux jours plus tard, le 23 avril, les pirates ont utilisé le boutre comme navire-mère pour lancer une attaque contre un navire de pêche coréen dans l’océan Indien à quelque 280 miles nautiques au large des côtes somaliennes. Le bateau de pêche, nommé Adria, a effectué des manœuvres pour échapper et a augmenté sa vitesse pour éviter la capture. Entre-temps, un deuxième navire de pêche, le Txori Argi, immatriculé en Espagne, opérait dans les environs, a procédé à l’assistance à l’Adria, qui continuait à être poursuivie par les skiffs des pirates.

EU NAVFOR a indiqué qu’après environ une heure, les skiffs avaient approché les deux navires et leur avaient tiré dessus avec ce qu’on pensait être une roquette. Les équipes de sécurité armées privées à bord du FV Adria et du FV Txori Argi ont provoqué le retrait des skiffs. Ce même jour, un autre navire de pêche, le FV Shin Shuen Far 889, a également signalé avoir été approché par deux skiffs, les deux se sont retirés lorsque l’équipe de sécurité à bord a également révélé des armes.

Le 21 avril, EU NAVFOR a dépêché ses aéronefs de patrouille maritime (MPRA) et a effectué une recherche dans la zone, ce qui a permis d’identifier le navire mère. Deux jours plus tard, le 23 avril, le vaisseau amiral ESPS NAVARRA d’EU NAVFOR a réussi à intercepter et à monter à bord du bateau boutre capturé, a appréhendé cinq présumés pirates et a libéré les 23 otages à bord.

Selon EU NAVFOR, cet incident est le premier événement de piraterie remarquable depuis octobre 2018. «Cet incident montre clairement que la piraterie et les vols à main armée en mer au large de la Somalie n’ont pas été éradiqués», a fait savoir le commandant de l’opération, le vice-amiral Antonio Martorell. “La nécessité d’une forte présence de sécurité maritime dans la zone à haut risque reste essentielle pour la dissuasion et la prévention d’incidents et d’attaques dans l’avenir.”

OPINION, ANALYSE ET CULTURE

«Si la politique Trump avait été en vigueur en 1992, les Etats-Unis n’auraient probablement pas permis à l’actuel membre du Congrès, Ilhan Omar, d’entrer dans le pays. Mme Omar est née en Somalie en 1981 et a fui avec sa famille en 1988 dans ce qui est devenu le complexe de Dadaab. Elle et certains membres de sa famille ont été reçus aux Etats-Unis en tant que réfugiés quatre ans après leur installation au Kenya. »

Comment la politique d’immigration de Trump a bloqué l’exode en provenance de Dadaab

Le 25 avril – Source: Daily Nation – 611 mots

Le refus de l’administration Trump d’admettre des immigrants somaliens aux Etats-Unis entrave les efforts visant à réduire la population des camps de réfugiés de Dadaab, que le gouvernement kenyan aurait apparemment l’intention de fermer. Les réfugiés somaliens représentent plus de 95% des 210 556 personnes qui vivaient dans le complexe de Dadaab à la fin du mois de mars, a annoncé mercredi l’agence des Nations Unies pour les Réfugiés.

La population totale de Dadaab a augmenté d’environ 500 personnes depuis fin février et de 9 000 depuis septembre 2018. Ces tendances – qui vont dans le sens opposé à celui que favorise le gouvernement kényan – reflètent en partie la réticence ou le manque de volonté manifeste de nombreux pays développés à accueillir des réfugiés somaliens.

“La réinstallation à Dadaab reste une solution durable disponible pour un nombre très limité de réfugiés en raison du nombre extrêmement limité de pays qui manifestent un intérêt pour la population de réfugiés somaliens”, a déclaré mercredi l’agence de l’ONU.

L’agence a indiqué que les responsables de l’immigration des Etats-Unis avaient récemment rejeté les 56 cas de somaliens à Dadaab proposés pour une réinstallation aux Etats-Unis. En revanche, a ajouté l’agence de l’ONU, la Suède a approuvé tous les 29 cas de somaliens vivant à Dadaab, comme transmis pour examen, à l’exception de deux d’entre eux.

Le président Trump a interdit à des personnes de sept pays – dont six à majorité musulmane – d’entrer aux États-Unis. M. Trump a également réduit à 30 000 le nombre total de réfugiés de tous les pays qui seront admis aux États-Unis cette année. Pour 2016, le président Obama avait fixé le plafond à 110 000 réfugiés.

Si la politique de Trump avait été en vigueur en 1992, les États-Unis n’auraient probablement pas laissé entrer Ilhan Omar, maintenant membre du Congrès, entrer dans le pays. Mme Omar est née en Somalie en 1981 et a fui avec sa famille en 1988 dans ce qui allait devenir le complexe de Dadaab. Elle et certains membres de sa famille ont été admis aux États-Unis en tant que réfugiés quatre ans après leur installation au Kenya.

Selon un recensement des États-Unis, le nombre de personnes d’ascendance somalienne vivant aux États-Unis s’élevait à environ 85 700 en 2010. Une grande majorité d’entre eux – 76 205 – sont nés en Somalie. L’incapacité de la plupart des réfugiés de Dadaab d’obtenir une réinstallation dans d’autres pays peut être liée à une forte augmentation des cas de dépression psychologique dans les camps. Reuters a signalé il y a un an que le nombre de résidents de Dadaab chez lesquels une dépression avait été diagnostiquée avait presque doublé de 2016 à 2017.

Le nombre de suicides dans le camp de réfugiés de Kakuma, qui abrite principalement des Soudanais du Sud, est passé de trois en 2016 à neuf en 2017, a déclaré Reuters, citant des statistiques compilées par l’International Rescue Committee, une organisation non gouvernementale américaine. Une initiative des Nations Unies visant à encourager les retours volontaires de Dadaab en Somalie est également défaillante.

Depuis le lancement du programme de rapatriement librement consenti en 2014, 83 248 Somaliens au total ont été aidés à rentrer chez eux dans leur pays, a annoncé l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Seuls 323 ont été aidés à retourner en Somalie jusqu’à présent cette année, a ajouté l’ONU.

– F I N-

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here